Les sondages sortis des urnes des élections européennes viennent de tomber, plaçant le FN en première position avec 25% et créditant le PS de 14%. Même si seulement moins d’un français sur deux s’est déplacé aux urnes ce dimanche, nous ne pouvons refuser l’analyse car c’est bien au parti d’extrême droite que reviendra la plus grosse part de la représentation française à Bruxelles. Si ces résultats ne sont qu’une demi-surprise, ils sont en revanche pour tous les partis républicains un séisme politique.

Cette réalité, avec laquelle la France et l’Europe vont devoir vivre pendant 5 ans, est déjà la seconde alerte, après celle des élections municipales, quant à l’état de confiance des électeurs dans les partis de gouvernement traditionnels.

La reprise du discours et des propositions par une partie de l’UMP sous l’impulsion du conseiller de Sarkozy Patrick Buisson a eu pour conséquence directe la banalisation du discours frontiste. Il est de notre devoir de dénoncer tant qu’elle aura lieu, cette dangereuse collusion.

Ce scrutin est aussi l’expression du scepticisme d’une partie de l’électorat de gauche et, en toute honnêteté, de ses déceptions. La gauche n’a pas su matérialiser les attentes qui étaient et restent encore placées en elle. C’est le sens du message que les électeurs nous ont fait passer aujourd’hui, nous devons l’entendre. La gauche de gouvernement, qui a toujours été porteuse d’espoir, doit renouer avec des militants, des élus mais surtout avec son électorat qui s’est massivement abstenu. Cela doit être la priorité du gouvernement de Manuel Valls.

Car que l’on ne s’y trompe pas, il ne s’agit pour Marine Le Pen que d’une étape supplémentaire dans sa stratégie de conquête de la Présidence de la République dans 3 ans. Elle n’a aucunement à l’idée d’aller défendre la France à Bruxelles.

Le Front national a pris en otage ces élections européennes, la France en sort affaiblie. Il est du devoir de tous les républicains de dénoncer ce danger d’éloigner le risque d’un nouveau 21 avril. Un sursaut collectif s’impose dans l’intérêt de la France !