La révélation aujourd’hui de l’ouverture d’une enquête préliminaire pour abus de confiance, abus de bien social et harcèlement visant Fabien Engelmann, le maire d’Hayange, n’est qu’une nouvelle manifestation de la gestion calamiteuse des maires frontistes depuis leur accession au pouvoir.

Fabien Engelmann n’a jusqu’à présent fait parler de lui que par des accusations de dérives autoritaires formulées par plusieurs membres de son conseil municipal (…). Il s’inscrit dans la lignée de la gestion des villes frontistes de 1995 et donnent à voir le triste visage qui est celui du FN lorsqu’il est porté aux responsabilités.

A Hayange, le malaise démocratique est tel que trois démissions au sein de la majorité municipale se sont succédées. Cette situation alarmante ne peut qu’amener à s’interroger sur les capacités de gestion et d’administration de la ville de M. Engelmann. Cette nouvelle affaire est un épisode supplémentaire dans le flux de polémiques qui entourent les villes gérées par le FN depuis les dernières élections municipales.

A l’heure où la défiance envers les partis politiques grandit, il est impératif que chacun exerce son mandat avec probité, respect et transparence.
Le parti de Mme Le Pen, qui ne cesse de s’ériger en pourfendeur du « tous pourris », se doit de joindre les actes à la parole, et ce en premier lieu au sein de sa propre famille politique.
La Présidente du Front national ne pourra plus éternellement se cacher derrière un discours moralisateur systématique, caricatural et politicien à bien des égards, lorsque ses propres élus sont loin de respecter ces principes.
C’est dans cette logique que la Gauche forte demande au Maire d’Hayange de renoncer à son mandat en démissionnant.

YANN GALUT
DÉPUTÉ DU CHER

ALEXIS BACHELAY
DÉPUTÉ DES HAUTS DE SEINE

MEHDI THOMAS ALLAL
DÉLÉGUÉ GÉNÉRAL DE LA GAUCHE FORTE