Un nouveau collectif au PS se donne pour ambition de rendre coup pour coup à la droite. Et un autre collectif au PS, un.
Après la gauche populaire, la gauche durable, le mouvement de la Gauche forte, compte mener «  en première ligne  » le combat face à une droite qui «  fait sauter toutes les digues  » avec l’extrême droite, selon l’un de ses instigateurs, le député du Cher Yann Galut.

Initiée par ce député et la sénatrice Patricia Schillinger, la Gauche forte compte «  sept parlementaires ainsi que des élus locaux, des militants et des sympathisants du Parti socialiste  », pour beaucoup issus du Vaucluse, du Gard, des Bouches-du-Rhône assure-t-il : les zones de force du FN.

Ni motion, ni courant, le collectif se veut «  dans la logique de l’action de François Hollande  », et «  répondre idéologiquement et politiquement  » à une «  droite qui nous fait depuis mai 2012 un procès en illégitimité  ».
Répondre «  sur le fond  », sans surenchère verbale, aux outrances de son pendant, la Droite forte.

«  Le changement ne nous sera pas donné, il faudra batailler  », prévient le député Alexis Bachelay. Ses membres se réuniront tous les mercredis soirs à l’Assemblée nationale et des comités locaux seront créés. «  On se voit comme une unité mobile d’intervention  », sourit Sébastien Denaja, député de l’Hérault, pour qui «  l’échec éventuel de la gauche serait la victoire du FN  ». Constat largement partagé.