30 ans après la marche de l’égalité et contre le racisme, nous nous retrouvons toujours confrontés au même principe de discrimination dans le champ politique.

Cette question qui revient à chaque échéance électorale, nous ramène au difficile principe de réalité appliqué par les partis politiques, à leur incapacité à diversifier et rajeunir leur personnel et leurs candidats…

Pourquoi cette violence ne s’exerce que sur Taubira ?

Renforcer la République, c’est aussi faire en sorte que les élus représentent tous les citoyens dans toutes les composantes sociologiques de la société française. En ne considérant la diversité que comme une variable d’ajustement, permettant de foncer un peu les listes particulièrement en bas de celles-ci, les partis politiques reproduisent et perpétuent des inégalités inacceptables.

À l’heure où il existe une défiance des quartiers populaires vis-à-vis des élites, où les extrémismes et communautarismes de tout poil ne cessent de grandir, la diversification du champ politique permettrait d’envoyer des signaux positifs à la population et non celui envoyé depuis de nombreuses années d’une caste repliée sur elle-même et qui ne se renouvelle qu’entre elle.

Notre garde des Sceaux est confrontée depuis sa prise de fonctions à des attaques à caractère raciste qui ne cessent de se préciser et de s’amplifier. Certes, les propos et les gestes discriminatoires proviennent essentiellement des droites. Mais une question se pose : pourquoi cette violence ne s’exerce-t-elle pas sur ses collègues du gouvernement ? Pourquoi tel n’a pas été le cas pour celles et ceux du précédent gouvernement, par exemple Rama Yade, pourtant aussi "noire" que madame Taubira et, de plus, de culture musulmane ?

La France serait-elle devenue soudainement plus raciste en quelques mois, entre le moment où Rachida Dati, Rama Yade et Fadela Amara étaient ministres et celui ou madame Taubira l’est devenue ? Certes, il y a eu entre temps les discours de Grenoble et de Dakar prononcé par Nicolas Sarkozy... Mais alors, qu’est-ce qui (a) protège(é) les autres ministres "issus de la diversité" comme on le dit communément et d’ailleurs fort maladroitement ?

Christiane Taubira fait "rupture"

La réponse à cette question aurait-elle été apportée par le groupuscule d’extrême-droite de la Fraternité Saint-Pie-X qui, à l’occasion de la manifestation Civitas du 20 octobre, scandait "y’a bon Banania, y’a pas bon Taubira"…

Que cela signifie-t-il ? Que nous préférons les Noirs ou les Arabes lorsqu’ils restent à la place que nous leur assignons ; que la diversité, on l’aime lorsqu’elle est jeune, de préférence jolie, pas trop pensante ; qu’elle est "bonne" lorsqu’elle n’a pas de passé militant, pas trop de culture politique, n’impose pas un rapport de force, n’a pas de pensée propre – ou si c’est le cas ne l’exprime pas trop, et qu’elle ne nous remet pas trop en cause ; que l’on ne l’apprécie guère lorsqu’elle pèse et lorsqu’elle contredit un rapport de domination. Bref, lorsqu’elle est "banania", comme ce bon tirailleur noir de la publicité du même nom, qui est prêt à mourir pour la France, qui "parle pas bien la France" (roulez les rrr !), qui s’exprime comme un enfant dont il a les même goûts – le chocolat par exemple.

D’ailleurs, ainsi que le montrent très bien les travaux de quelques chercheurs pionniers comme Vincent Geisser ou El Yamine Soum ("Discriminer pour mieux régner"), aussi bien les partis de gauche que de droite nous avaient habitués à ce type de profil, non pas qu’ils ne soient pas sincères, compétents ou valeureux… mais les élus choisis ont souvent en commun le même pedigree.

Or Christiane Taubira fait "rupture". Ni jeune, ni bimbo, elle est une des meilleures oratrices de la République. Son parcours politique est digne des plus grands dirigeants. Députée de Guyane depuis 1993, elle a été également conseillère régionale. Elle a tenté un rapport de force avec la gauche lors de l’élection présidentielle de 2002 (pourquoi n’a-t-elle pas été ministre dans le gouvernement de Lionel Jospin ?) et a soutenu Arnaud Montebourg dès le début de sa campagne des primaires en 2011.

Surtout, elle dit haut et fort ce qu’elle pense, elle ne s’excuse pas d’être Noire, ne fait pas tout pour le faire oublier et a défendu la loi mémorielle qui porte son nom et qui reconnaît le crime contre l’humanité des traites négrières et de l’esclavage. Tout comme elle a porté la loi pour le mariage pour tous : elle l’a volontairement inscrite dans la longue tradition française de la lutte pour l’égalité des droits.

Affichage de "minorités visibles"

Regardons nos élu-e-s, aussi bien à gauche qu’à droite, dans les assemblées législatives ou dans les conseils municipaux et régionaux. Sont-ils aussi nombreux, aussi représentatifs socialement qu’ils devraient l’être ? Ou bien y en a-t-il juste quelques-uns qui font office de cache misère ? Même lorsque certains sont reconnus dans leurs engagements politiques et au-delà de leur parti, ils se retrouvent régulièrement confrontés à l’argument qu’ils ne sont que des "minorités visibles" présents uniquement pour leur apparence, et non pour leur parcours militant !

Les rares sondages dont on dispose sur le sujet le montrent bien : la société est prête ; 85% des Français se déclaraient, dès décembre 2008, disposés à voter par exemple pour un candidat issu des minorités visibles lors d’une élection législative (sondage réalisé par l’institut CSA).

En outre, la France prend du retard par rapport à d’autres grandes démocraties comme le Royaume-Uni ou l’Allemagne, où les partis politiques n’ont pas hésité à inclure dans leurs programmes l’objectif de diversifier leurs élus et leurs cadres. L’épreuve de force n’est pas tout en politique. La légitimité ne provient pas seulement de la lutte, entre les classes, entre les races, entre les sexes… mais également d’une forme de consensus sur l’adéquation entre le profil d’une candidate ou d’un candidat avec la composition populaire de sa circonscription.

Comme l’ont relevé certains sociologues comme Réjane Sénac, il s’agit cependant moins d’imposer de nouvelles contraintes, que d’améliorer les performances de l’organisation, en particulier dans le camp progressiste. Seule une prise de conscience collective est donc susceptible de faire bouger les lignes. Alors nous disons stop à la politique d’affichage des partis politiques à l’aune des échéances électorales !

Une tribune co-signée par Fatima Yadani, membre du bureau national du Parti socialiste, adjointe au maire du 13e arrondissement de Paris, Docteur es Sciences ; Maya Akkari, conseillère municipale dans le 18e arrondissement, membre du conseil national du Parti socialiste ; et Mehdi Thomas Allal, responsable du pôle anti-discriminations de la Fondation Terra Nova, maître de conférences à Sciences Po, pour "le Plus" (nouvel Observateur) : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/969091-taubira-minorite-visible-en-politique-arretons-de-discriminer-pour-mieux-regner.html