La première réunion publique de la Gauche Forte s’est tenue mercredi 20 février au soir, à l’Assemblée Nationale. Plus de 200 parlementaires, élus locaux, militants et sympathisants à cette réunion de présentation et le live-tweet de la #GaucheForte a été largement suivi par les internautes.

Lors de son introduction, Yann Galut, député PS du Cher et co-fondateur de la Gauche Forte avec la sénatrice du Haut-Rhin, Patricia Schillinger a rappelé les grandes lignes de la tribune que nous avons publié dans le journal Libération.

Yann Galut, a souligné la dérive droitière de l’UMP, avec la ligne Buisson, qui consiste au rapprochement entre la droite parlementaire et l’extrême droite qui s’illustre particulièrement à l’Assemblée Nationale, ou, des amendements communs ont été déposé lors du débat sur le mariage pour tous, ou lorsque les interventions de Marion Maréchal-le-Pen sont largement applaudis sur les bangs de certains députés UMP.

La volonté du collectif que forme la Gauche Forte n’est pas de se construire contre le gouvernement, mais de tenir un rôle de pédagogue en expliquant les réformes. Ce n’est pas non plus un courant du Parti Socialiste, mais l’action menée sera complémentaire et aura force de conviction au sein du PS.

En reprenant la phrase de François Mitterrand “La France a eu besoin de la centralisation pour se faire et, de la décentralisation pour ne pas se défaire.” Colette Capdevielle, députée des Pyrénées-Atlantiques et Hugues Fourage, député de Vendée ont tous deux mis en avant l’importance des territoires. La volonté est de rappeler que la décentralisation est une chance pour la République, qu’il faut faire confiance aux territoires et que sans territoires forts, la gauche ne sera pas forte !

Alexis Bachelay, député des Hauts-de-Seine a rappelé les engagements de François Hollande sur le droit de vote des étrangers non-communautaires aux élections locales et sur l’engagement pris pour le non-cumul entre un mandat de parlementaire et dans un exécutif local. Il a également rappelé l’ardente obligation que les chances doivent être égales pour tous, enfant d’ouvrier ou enfant de cadre et notre volonté d’ouvrir la classe politique afin qu’elle soit à l’image de la société française.
Le combat idéologique qui sera mené par la Gauche Forte devra permettre à la droite de se mettre face à ces contradictions.

Jean-Pierre Maggi, député des Bouches-du-Rhône a rendu hommage à Olivier Ferrand (président de Terra Nova) dont il a été le suppléant, en rappelant qu’il nous a quitté bien trop tôt et que sa volonté était de faire de la politique autrement. Pour sa part, il souhaite rapprocher les citoyens de la politique en étant exemplaire et transparent.

Patricia Schillinger, sénatrice du Haut-Rhin et co-fondatrice de la Gauche Forte retenu en circonscription a été présente grâce à la lecture d’un texte sur l’Europe lu par Sihem Souid, chargée de communication de la Gauche Forte (auteur du livre Omerta dans la police). Elle a rappelé que l’Europe est sans doute la plus belle idée du 20ème siècle, mais qu’elle doit se rapprocher des citoyens et répondre à leurs inquiétudes en développant un projet ambitieux porteur de valeurs fortes.

Yann Galut, a quant à lui précisé que la Gauche Forte soutient le gouvernement et l’action menée par celui-ci et que n’opposera pas le sociétal au social et à l’économique.

De nombreuses interventions de la salle ont ensuite permis d’ouvrir un débat très riche et intéressant.

En conclusion, Benjamin Ménard, Délégué Général de la Gauche Forte a annoncé qu’un premier de la Gauche Forte aurait lieu le 16 avril à l’Assemblée Nationale sur le thème de l’état de la société française.

Pour connaître les interventions plus détaillées, rendez-vous sur le compte de la #GaucheForte sur Twitter.