À l’occasion des journées parlementaires de l’UMP le mercredi 24 septembre 2013, devant ses collègues élus, le sénateur du Loiret Eric Doligé a déclaré avoir « un instinct meurtrier en ce moment » et ne plus « supporter Hollande et sa bande ! ». Il a ajouté avoir une liste « de gens sur qui il faut tirer […] c’est tous ceux du gouvernement. » Le sénateur-maire de Marseille et Vice-Président de l’UMP, Jean-Claude Gaudin, lui a alors proposé une kalachnikov…

La Gauche forte condamne avec la plus grande fermeté de tels propos qui confirment la tendance de l’UMP à adopter les discours les plus anti-républicains. Non seulement ces propos sont un appel à la violence, mais ils révèlent l’irresponsabilité d’élus, représentant le peuple, et qui devraient normalement accepter le jeu démocratique. Les Français ont élu François Hollande Président de la République, les parlementaires UMP se doivent de respecter ce choix.

Le procès en illégitimité du gouvernement n’est pas une chose nouvelle, c’est le quotidien d’une droite en perte de repères, déboussolée par la ligne Buisson et essayant désespérément d’adopter les codes populistes pour attirer l’électorat du Front national.

Les élus républicains, dans l’opposition ou non, se doivent de respecter les institutions garantes de leur propre légitimité. La Gauche forte attend de la part de l’UMP une réponse ferme et proportionnée à la gravité de la situation qui doit être l’exclusion d’Eric Doligé et de Jean-Claude Gaudin du parti.