Par voie de communiqué de presse, la Préfecture de Police de la ville de Paris a aujourd’hui dénoncé des irrégularités « organisées et systématisées » dans le comptage des chiffres de la délinquance entre 2007 et 2012 dans un rapport à paraître. Cette annonce, qui n’est qu’une demi-surprise aux vues de la politique du chiffre agressive menée par Nicolas Sarkozy et ses Ministres de l’Intérieur, Brice Hortefeux et Claude Guéant en tête, portent un coup ultime à ce qui était l’une des dernières fiertés de la politique de Nicolas Sarkozy en tant que Ministre de l’Intérieur, puis comme Président de la République...
Par des pratiques telles que la requalification des faits afin de les rendre « moins graves », l’arrêt de l’enregistrement de plaintes à certaines périodes du mois, afin de ne pas faire monter les chiffres de la délinquance ou, pire encore, la disparition pure et simple de certaines infractions, ce rapport révèle au grand jour le cynisme de la Droite qui, depuis l’alternance, ne cesse de pointer du doigt l’angélisme de la Gauche en matière de sécurité. Ces pratiques auraient contribué à masquer 130.000 actes de délinquance sous la présidence de Nicolas Sarkozy.
Cette dérive, dont Manuel Valls, ainsi que l’ensemble des préfets sur le territoire français se sont démarqués, jettent un peu plus le discrédit sur le bilan de la Droite au pouvoir. Si certaines irrégularités persistent, comme le note le rapport, elles ne sont en réalité que le maigre héritage de pratiques ancestrales desquelles il faut au plus vite se détourner.
La Gauche Forte condamne avec fermeté ces tentatives de désinformation, de même que l’hypocrisie dont ont fait preuves les dirigeants de la Droite durant leur période aux responsabilités, et les exhorte à clarifier leurs responsabilités dans la falsification certifiée de ces chiffres. La Gauche Forte salue l’action du Gouvernement actuel tendant à rompre avec ces pratiques d’un autre âge et à lutter contre l’insécurité sur le terrain et non via les seules statistiques.