Les révélations de Médiapart sur le transfert de la trésorerie du groupe Total à Londres sont choquantes. Alors que des efforts sont demandés à tous les contribuables français, particuliers et sociétés, pour assurer le redressement des comptes publics, l’initiative de la compagnie est totalement déplacée.

En tant que rapporteur du projet de loi sur la lutte contre la fraude fiscale, Yann Galut s’inquiète des motivations sous-jacentes d’un tel transfert. Si la question de la visibilité plus importante de la place londonienne est mise en évidence par la compagnie pour justifier l’inacceptable, on ne peut que soupçonner les raisons véritables, essentiellement fiscales.

Alors que l’ensemble des pays du G20, à l’initiative de la France et de l’Europe, renforce son arsenal répressif contre toutes les formes d’évasion fiscale, cette décision est à contre-courant. Yann Galut milite pour l’exemplarité des fleurons nationaux en matière fiscale et pour l’accentuation des obligations destinées à empêcher les comportements non-citoyens des entreprises voulant échapper à l’impôt. Leur contribution est non seulement essentielle pour le budget de l’Etat, mais elle l’est aussi en termes de solidarité envers l’ensemble des Français qui voient en Total l’une de nos plus grandes entreprises.

Une telle décision ne peut qu’être préjudiciable à l’image de la compagnie et accrédite l’impression de l’immoralité de ces grandes entreprises. Yann Galut souhaite que les services fiscaux fassent preuve d’une vigilance renforcée lors de l’examen de la situation du groupe et demande à ce que toute la lumière soit faite sur les véritables motivations de Total.

YANN GALUT
DÉPUTÉ DU CHER
PORTE-PAROLE DE LA GAUCHE FORTE